Ouest-France, 16-17 juin 2018

 

Au cœur de la vie des petites gens du XXe siècle

 

 

 

Résidant souvent à Trelly, Élisabeth, illustratrice du roman, et François Lequiller connaissent bien la vie des habitants du Coutançais.

 

Le Trelliais de cœur François Lequiller a sorti, début juin, son dernier roman intitulé Les Dunes du Cotentin. Il dévoile l’intrigue d’un personnage issu d’une famille pauvre de Ferville.

 

Après s’être plongé dans la Seconde Guerre mondiale vue du Cotentin, avec une trilogie mettant en scène une policière, l’écrivain François Lequiller raconte cette fois l’histoire d’une famille normande, proche de Coutances, au destin exceptionnel.

 

Le roman, Les Dunes du Cotentin, a pour héros Augustin Marie, le fils d’une famille pauvre de Ferville, dont le père est chaumier et la mère ramasseuse de varech.

 

« C’est une saga en trois volumes : le premier va de 1895 à 1918, le deuxième de 1927 à 1945 et le dernier de 1945 à 1970 environ », annonce l’écrivain.

 

Le personnage va connaître un parcours extraordinaire : obligé d’arrêter ses études après le bac pour faire vivre sa famille, il va à Paris et devient coursier pour la banque Bernstein.

 

Grâce à son intelligence, il gravit les échelons pour finir banquier. Ayant épousé Juliette, fille d’un armateur marseillais, il devient également directeur des TMR, transports maritimes.

 

Un féru d’histoire

 

Dans ce premier tome, comme il est habituel chez cet écrivain, la grande et la petite histoire se mélangent.

 

François Lequiller reprend des termes du patois normand, « le queton, la teurgoule, l’elingue ou lance-pierres », des mots en désuétude comme « morveux, bistroquet » et décrit avec force détails la vie des gens simples du Cotentin.

 

Mais il aime aussi la grande histoire. Au hasard du récit, ses personnages vont rencontrer Staline, Pablo Picasso, Modigliani. Certains vont même assister à l’attentat à Paris d’anarchistes de la bande à Bonnot.

 

Au fil des pages, on voit l’évolution de la société. De la carriole à cheval à la voiture, du petit biplan aux gros avions, les changements sont importants.

 

Il n’oublie pas les grandes actualités de l’époque, tels les emprunts russes ou l’affaire Dreyfus.

 

Tout est précis et documenté. François Lequiller a fait un travail de recherche remarquable aussi bien pour décrire la vie des petites gens du Cotentin, la lignée des Marie, que pour les grands événements historiques qui s’emboîtent bien dans la vie des personnages de ce roman.

 

Ce premier tome se lit avec grand plaisir, l’écriture est fluide et agréable.

 

Et comme l’écrivain ne renie ni sa passion pour l’histoire, ni celle pour le roman policier, un sombre drame va se produire : « Je fais intervenir Martin, un personnage terrifiant, décalé, qui sort d’un hôpital psychiatrique. Dans ce premier roman, on ne voit pas le lien avec les autres personnages, mais il va prendre de plus en plus d’importance… »

 

Le deuxième tome est prévu pour fin 2018 et le troisième, en 2019.